-

Historique du Musée

Plaque

LE MUSEE D'HIER A AUJOURD'HUI

IMG 2311Né de la volonté et de la pugnacité de quelques-uns de nos anciens, le musée national des Enfants de Troupe rassemble, depuis 1977, dans l’enceinte du Lycée Militaire d’Autun, un fond d’objets, d’images et de documents, témoignages du passé d’une institution sociale plus que centenaire.

Au sein d’un édifice de qualité dont plusieurs éléments sont inscrits à l’inventaire des monuments historiques, le musée occupait, dans ce qui fut jadis la chapelle du séminaire, une vaste salle dite « de la cuirasse » et la crypte, restituée dans son état initial, après d’importants et minutieux travaux conduits par la direction des travaux du génie de Dijon et celle des monuments historiques.

Mais remontons quelque peu dans le passé… en 1934 !

emp sainthippolyteEn même temps que celle de Rambouillet, l’Ecole Militaire Préparatoire de Saint-Hippolyte-du-Fort est dissoute et remplacée dans ses murs par un escadron de gendarmerie mobile. Elèves, cadres et professeurs rejoignent leur nouvelle affectation : l’Ecole Militaire Préparatoire d’Epinal.

Quelques anciens de « Saint-Hippo », Justin PAYRE, François LANDOU, Marcel HARMAND, soutenus par le maire de la ville, Monsieur MOLINES et avec l’aide de la Gendarmerie, s’occupent activement du carré militaire où reposent certains élèves.

Pour pérenniser les lieux de leur enfance, Justin PAYRE a l’idée de recueillir et de rassembler documents et objets, souvenirs divers, dans un local de l’ancienne école mis à sa disposition par la Gendarmerie.
 
Le musée Pastre-Matter est né.

Il porte ainsi le nom de :

pastreUlysse PASTRE (1864-1930), ancien professeur à l’Ecole Militaire Préparatoire de Saint-Hippolyte-du-Fort, député du Gard, membre de la commission de la Défense nationale, membre fondateur et premier président de l’Association des A.E.T. matterPaul MATTER (1872-1957), Enfant de Troupe, Général de division, inspecteur de l’Infanterie, organisateur et bienfaiteur des Ecoles Militaires Préparatoires Techniques. 

 

 

 

 

 

 

Connu de quelques rares anciens nostalgiques de leur enfance, le musée sera entretenu régulièrement jusqu’en 1974 par PAYRE, HARMAND et LANDOU.

  • 1974 : la Gendarmerie doit quitter Saint-Hippolyte-du-Fort, les locaux  abritant le musée sont d’une vétusté extrême, la ville  ne peut en obtenir la propriété…la mise en vente par l’intermédiaire des domaines est inéluctable

  • 1975 : Francis CHAUVET, président de la section A.E.T. d’Autun et Xavier MATTEI, vice-président de l’Association des A.E.T, proposent de transférer le musée à Autun. C’est Henri HAVARD, alors commandant d’unité à Nîmes qui, avec les moyens de sa batterie, se charge du transport.

  • 1977 : une salle de classe est mise à disposition. L’Ecole Militaire Préparatoire d’Autun, la section A.E.T. d’Autun, l’Association des A.E.T. et l’ensemble des A.E.T eux-mêmes par le biais d’une souscription permettent le financement du mobilier d’exposition. L’ensemble des souvenirs toujours en place à Saint-Hippolyte-du-Fort est alors transféré à Autun. Très rapidement, les locaux mis à la disposition s’avèrent insuffisants…le musée commence à être connu, voire reconnu comme « musée de tradition de l’armée de terre »…le centenaire de la création des Ecoles Militaires Préparatoires est proche !

  • 1983 : le colonel Jacques MAURICE, ancien de l’Ecole Militaire Préparatoire d’Aix en Provence et d’Autun, en prend le commandement. Son dévouement, son opiniâtreté, son efficacité…et l’aide de quelques A.E.T. alors en postes de responsabilité, auront raison de toutes les difficultés ! Le musée des Enfants de Troupe sera installé dans une partie de l’ancienne chapelle, alors salle de musique, et dans la crypte, utilisée…comme chaufferie ! Le Conseil général et la municipalité d’Autun, participeront physiquement ou financièrement aux travaux d’aménagement. Le premier conservateur qui en a été aussi le principal organisateur fut Robert PERRUCHET.

15 JUIN 1985 - INAUGURATION DU MUSEE

Dans le cadre des cérémonies du centenaire des Ecoles Militaires Préparatoires, le musée est inauguré le 15 juin 1985 par Charles HERNU, ministre de la Défense, en présence de madame Edwige AVICE, secrétaire d’état et du Général IMBOT, chef d’état-major de l’armée de terre.

centenaireemp

 

Cette même année, « l’Association des Amis du Musée des anciennes Ecoles Militaires Préparatoires et des Enfants de Troupe » est créée. Association de type loi 1901, elle a pour but d’aider le conservateur dans sa mission et de recueillir les souvenirs et dons susceptibles d’être conservés au musée.

Au regard de la réglementation en vigueur dans l’Armée de Terre, ce musée de tradition a été classé national en 1994. Il dépend donc de l’Etat-Major de l’Armée de Terre  (Délégation au Patrimoine) qui assure en particulier le soutien logistique. Le chef de corps du Lycée Militaire d’Autun, autorité de tutelle du musée, en désigne le directeur et le conservateur.

Dés 1995, un projet d’amélioration de l’infrastructure du musée est envisagé. En effet, les salles sont vétustes, l’éclairage insuffisant et le mobilier pas très bien adapté pour héberger un musée national.

Au cours des années 2000, le musée n’a cessé de s’agrandir en accord avec le commandement du lycée militaire qui lui a mis à disposition plusieurs locaux jouxtant ceux déjà utilisés ainsi que des pièces de stockage au quartier Changarnier qui abrite le collège.

En 2008, la muséographie du musée est repensée dans un but pédagogique.                 

En 2009, avec le soutien de la municipalité, un pancartage du musée est mis en place en ville pour faciliter le guidage du visiteur vers le quartier Gangloff.
C’est également cette année là que les archives scolaires de La Boissière-Hériot sont rapatriées à Autun.

DSC 80222010, c’est l’année du Centenaire de l’Association des AET.

Pour cette occasion, le musée est mandaté pour monter  une exposition temporaire à usage national sur l’histoire de l’institution.
Cette même année, les archives scolaires de plusieurs écoles disparues sont récupérées au lycée militaire d’Aix en Provence où elles étaient stockées.

Enfin, les premiers travaux de rénovation et de mise aux normes ERP (établissement recevant du public) débutent à l’été 2010. Ils vont durer presque un an !

2011 sera l’année du « renouveau » pour le musée.

En effet, après 16 années d’attente et d’efforts, le projet de rénovation , initié dés 1995 voit le jour. Grâce à l’acharnement  de quelques AET, grâce également à une souscription nationale lancée en 2007 à laquelle « la famille AET » a largement répondu et  enfin grâce à la bonne volonté du commandement militaire, les travaux débutés dés le mois de juin 2010 s’achèvent au printemps 2011.

Le musée rénové  et agrandi est inauguré le 24 juin 2011 par le général d’armée Elrick IRASTORZA, chef d’état-major de l’armée de terre et ancien élève d’Autun, en présence de  monsieur PHILIZOT, préfet de Saône et Loire, madame DULAMON, sous-préfète d’Autun, monsieur ANCIAUX, député de Saône et Loire, monsieur REBEYROTTE, maire d’Autun, l’ingénieur général de l’armement BAUDEL, président national des AET, le colonel DUCHON, commandant le Lycée Militaire d’Autun  et de monsieur DIEMUNSCH, président de l’association des amis du musée.

inauguration plaqueinauguration


Le public a pu ainsi découvrir une salle audiovisuelle et une nouvelle scénographie. Celle-ci, inspirée par un avant projet sommaire établi par Yves DEVRAINE, concepteur du musée d’Oradour-sur-Glane et du mémorial de Caen, permet au visiteur de découvrir sur son circuit des espaces aménagés par thème. Des origines des enfants de troupe, des tenues, à la vie quotidienne, le parcours  nous emmène au sous-sol, via une évocation de l’aumônerie. Dans l’ancienne crypte, les différentes vitrines présentent l’histoire des anciennes écoles avant de nous conduire vers la salle des drapeaux.

L’établissement est désormais aux normes ERP. Il est notamment équipé d’un ascenseur qui permet aux personnes à mobilité réduite d’accéder à la crypte .

virginie guyotDepuis 2011, les travaux d’embellissement se poursuivent. Le musée continue à enrichir ses collections grâce notamment aux dons faits par les anciens élèves.

Parmi ceux-ci, le commandant Virginie GUYOT, première femme pilote leader de la patrouille de France a fait don de sa combinaison de vol.

En 2012, les archives scolaires précédemment récupérées et jusqu’alors stockées au quartier Changarnier, ont pu rejoindre la nouvelle salle d’archives du musée.

Le musée des  Enfants de Troupe fait aujourd’hui partie du patrimoine. Patrimoine local, naturellement, mais surtout patrimoine national grâce aux émouvants souvenirs et aux nombreux témoignages exposés dont les emblèmes des écoles dissoutes, conservés dans ce musée à titre exceptionnel… Le musée participe chaque année aux journées européennes du patrimoine.  Sa visite est gratuite.

Vous êtes ici : Home Le musée Historique